Pendant l’état d’urgence sanitaire à quoi jouent certains employeurs publics ?

L’état d’urgence sanitaire a été instauré pour renforcer la sécurité sanitaire et lutter contre la propagation de l’épidémie de coronavirus sur le territoire français.

Chacun mesure bien que la crise actuelle a mis en exergue ce que les syndicats de la CFE-CGC dénoncent depuis plusieurs années : le manque de moyens humains et matériels a un coût !

L’ordonnance n° 2020-347 du 27 mars 2020 autorise durant l’état d’urgence sanitaire les délibérations à distance des commissions consultatives des représentants du personnel.

Tandis que les agents hospitaliers attendent encore la fourniture de masques protection et de gants, que les policiers obtiennent les premières promesses en ce sens, on apprend que des DRH d’établissement public, y compris à l’hôpital, décident du licenciement d’agents contractuels …comme s’il s’agissait d’une priorité en ce moment !

A l’hôpital public, les agents contractuels sont pas moins de 213 000, soit 18% de l’effectif.

La CFE-CGC, préoccupée par le sort des agents publics, a demandé la saisie des autorités ministérielles concernées, afin que toutes décisions de licenciement soient ajournées.

La CFE-CGC demeure plus que jamais encore au côté des agents publics quelles que soient leurs grades, métiers et leurs statuts

Télécharger le communiqué de presse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *